Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 17:46

Bonjour,

 

Mon petit dernier vient de naître et il a pour titre : Un pacte au goût de cendres.

Est-ce un roman ou un recueil ? C'est un roman dont je suis contente de vous révéler la couverture et le résumé...

 

Dinan 1256... Le baron Alain II d’Avaugour est un seigneur prêt à tout pour sauver ses terres des griffes du duc de Bretagne, Jean Ier, qui rêve de le spolier.
Lena, guérisseuse, lui apporte en secret son concours. Bientôt, l’innocente se retrouve au coeur de trahisons politiques et de guets-apens familiaux qui la dépassent. Malgré la peur, le doute et les déceptions qui l’assaillent, elle tente de faire preuve de courage et de malice afin de déjouer les complots de ses ennemis.
Clémence de Beaufort, épouse du baron et autre victime des partisans de Jean Ier, apporte son soutien à la dévouée ventrière ; dès lors, elles décident de faire cause commune dans le but de sauver leurs vies.

 

107 Pages
ISBN : 978-2-36922-034-3
PRIX : 12,00 €

 

Si vous souhaitez vous aussi suivre Lena ou offrir ce livre, vous pouvez me contacter ici ou bien le commander directement chez l'éditeur : http://www.le-huchet-dor-editions.fr/valerie-brun

 

Les fêtes de Noël approchent et un roman est souvent apprécié...

 

 

 

Repost 0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 20:51

Les éditions JFE aiment partager mots et idées avec leurs lecteurs, mettre en avant les auteurs nouveaux ou confirmés, alors n'attendez plus et rendez-leur visite, vous ne serez pas déçus :

 

https://www.youtube.com/watch?v=Y5e3oxA_1PY&feature=youtu.be

 

Repost 0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 15:02

(PAUSE POESIE...)

 

 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
            Et nos amours
       Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine
 
     Vienne la nuit sonne l'heure
     Les jours s'en vont je demeure
 
Les mains dans les mains restons face à face
            Tandis que sous
       Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse
 
     Vienne la nuit sonne l'heure
     Les jours s'en vont je demeure
 
L'amour s'en va comme cette eau courante
            L'amour s'en va
       Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente
 
     Vienne la nuit sonne l'heure
     Les jours s'en vont je demeure
 
Passent les jours et passent les semaines
            Ni temps passé
       Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
 
     Vienne la nuit sonne l'heure
     Les jours s'en vont je demeure

 

 

 

Repost 0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 21:33

 

QUATRIEMME DE COUVERTURE : Nous sommes à la fin du règne de Louis XI. Un jeune gantier, Nicolas Collet, quitte sa ville d’origine, Grenoble, et vient à Paris pour quelques jours. Une nuit, alors qu’il est dans la chambre qu’il a louée dans une auberge, il voit d’étranges allées et venues au dehors. Peu de temps après, le guet de la ville amène un blessé à l’auberge, criant au meurtre. Nicolas se propose immédiatement pour aider dans l’enquête. L’officier le charge donc de recueillir les témoignages des habitants de l’auberge… Un roman à la fois historique et policier, dans les méandres du Paris médiéval. Suspense, fausses pistes et aventures sont au rendez-vous de ce thriller, qui met en scène toute une galerie de portraits vivants et attachants. Jean-François Pietka vit en Isère. Il a été instituteur et libraire. Cet ouvrage est son premier roman.

 

MA CRITIQUE : Ah, messire Collet ! Qu’il est agréable de vous retrouver après une dure journée de labeur et de reprendre le fil de vos investigations dans le Paris médiéval et vénéneux de Louis XI. Et, oui, cette fois-ci je m’adresse directement au héros de cette nouvelle série écrite par Jean-François Pietka !

Messire Collet n’est autre qu’un jeune gantier grenoblois qui nous entraîne sur les traces d’un tueur, à moins qu’il ne s’agisse d’une bande de mercenaires ou d’espions (ne comptez pas sur moi pour vous mettre la puce à l’oreille, il vous faudra enquêter dans l’ombre du héros et des bonnes âmes qui peuplent l’auberge du Cerf mourant si vous souhaitez élucider ce mystère). Sachez que votre route croisera celle d’un fameux aventurier, marin de renom et génois d’origine et qu’il vous faudra croiser le fer et faire preuve d’esprit de déduction.

En résumé, une lecture sympathique que je recommande, notamment en cette période estivale si propice à l’évasion. Et pour ceux qui en redemandent, je sais de source sûre que l’auteur vient juste de sortir le tome suivant… Affaire à suivre.

 

NOTE : 8/10

 

Si vous avez aimé l'univers médiéval, tentez La croisée des volontés de Bernard Bossé et de votre hôtesse, Valérie Brun, éditions Plumes de longue envolée.

 

 

 

 

Repost 0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 19:52

 

QUATRIÈME DE COUVERTURE : "19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 Avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier - né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu, Sans Loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler !"

 

Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnés par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.

 

Une fable historique fascinante et dérangeante qu'on ne peut pas lâcher. Une lecture choc, remarquablement documentée, dont on ne sort pas indemne.

 

MA CRITIQUE : Il m’arrive assez souvent de faire des incursions dans la littérature jeunesse. Pourquoi ? Parce qu’elle recèle de petits trésors commen ce roman de Sarah Cohen-Scali, Max. Un voyage initiatique prenant, passionnant qui nous plonge au cœur de l’Allemagne nazie entre 1936 et 1945 et qui exploite un terrain peu connu, celui des enfants nés dans les fameuses « Fontaines de vie ». Le ton est sans concessions même s’il s’adresse à des adolescents d’environ 15 ans et le style est fluide, agréable, au service du récit. On s’attache à Max malgré la dureté de son caractère, malgré l’endoctrinement qui lui fait dire des horreurs, tout comme on se lit d’amitié avec Lucas, son meilleur ami, bien qu'il soit si différent de lui... Je conseille vivement la lecture de ce roman qui pourrait s’apparenter à la fresque, au récit d’aventures ou bien même au roman noir. Quand l’histoire se nourrit intelligemment de l’Histoire sans s’y perdre, sans nous noyer dans une somme de connaissances, cela donne un excellent résultat.

(EDITIONS SCRIPTO GALLIMARD)

 

NOTE : 10/10

 

Si vous avez aimé, je vous conseille de lire LE LISEUR de Bernhard Schlink.

Repost 0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 09:39

 

 

QUATRIEME DE COUVERTURE :  J'ai fredonné La romance de Paris toute la journée... L'automne est magnifique sur les boulevards, et je réalise encore à peine ma chance : j'ai été acceptée en Première année au Cours Julliard ! Cette pres-tigieuse école de comédie m'ouvre ses portes et m'attend dès la semaine prochaine ; ma bonne étoile brille au-dessus de moi, celle-là même qui m'a fait rencontrer André, il y a dix jours, alors que je pleurais au-dessus de mon café, seule dans cette brasserie grisâtre de la gare de Lyon... (…)

 

 

MA CRITIQUE : Vous aimez les personnages secrets qui tantôt vous séduisent, tantôt vous glacent ? Les mystères qui s'épaississent et ce goût de l'étrange qui attire irrémédiablement dans ses filets ? Et bien, moi aussi, et c'est dans les nouvelles d'auteurs du 19ème siècle, notamment, que je trouve mon compte. Maupassant et Mérimée, pour ne citer qu'eux, sont des maîtres en la matière. On ne ressort pas indemne du Horla ! Et bien, avec un style plus moderne, j'ai goûté ce plaisir avec cette novella qui m'a emportée et ne m'a rendue aux miens qu'une fois passé le point final. Et encore... mes pensées étaient en vrac : je cogitais sur certains passages comme un enfant essayant de deviner les secrets de ma magicienne, je plaignais la narratrice et frémissais encore en imaginant cet... Chut, je n'en dirai pas plus, une chute comme celle-ci doit demeurer entière... Bref, si j'ai un conseil à vous donner : LISEZ CE FORMAT POCHE ! DÉCOUVREZ CE DERNIER MODÈLE ! Et merci à Emmanuelle Cart-Tanneur pour ce petit bijou paru aux éditions Jacques Flament.

 

Note : 9,5/10

Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 21:22

 

 

Quatrième de couverture : (…) Personne ne pouvait manquer la boutique, le long de la route qui va du port du Stiff à Lampaul, juste à l’entrée du bourg. Boutique n’était d’ailleurs pas le terme le plus approprié, ni au lieu lui-même ni à sa vocation. Il s’agissait davan-tage d’un hangar, assez grossièrement aménagé où l’on ne vendait rien. Il n’en était d’ailleurs pas question, bien au contraire. Y vendre quoi que ce soit eut été une hérésie, totale- ment antinomique avec sa raison d’être.

Le Coureur des grèves
PRODUIT DE LA MER

L’enseigne avait été assez grossièrement gravée dans une belle pièce de bois courbe, provenant de la membrure d’un bateau. (…)

Et si, à Ouessant, on pouvait abolir l'usage de l'argent ? Et si on y remplaçait l'achat et la vente par l'échange de biens et de services qui n'auraient d'autre valeur que celle que chacun veut bien leur donner ?

Le récit, tendre et ironique, d'une utopie insulaire. Le rève d'un homme confronté aux règlements et au zèle de l'administration continentale. Une micro société, singulière et autoproclamée, face à ses propres contradictions.

 

 

Ma critique : Ah, voilà une poignée de jours que je guette le moment calme pendant lequel je pourrais causer du dernier roman lu et vraiment apprécié ! Il s‘agit d’un livre de François Aussanaire qui nous emmène sur l’île d’Ouessant dans l’antre de son Coureur des grèves. Une histoire d’hommes, de cœur, de mer, d’utopie, de bon sens mais dans laquelle vous ne trouverez ni mièvrerie, ni pathos. La plume alerte roule ses galets de mots de belle manière, l’humour pointe au détour des plages, la tendresse de l’auteur pour ses personnages nappe d’une belle écume cette aventure iodée pour le plus grand bonheur du lecteur. Et puis, François n’oublie pas qu’avant d’être romancier, il fut nouvelliste… Point de digressions inutiles, de pages noircies sans raison avec lui ! Et que dire de la chute… pas obligatoire, certes, mais si bien vue.

Vous l’aurez compris, je vous recommande ce roman, Le coureur des grèves, publié aux éditions Jacques Flament, parce que ce genre d’ouvrage n’est pas qu’une fiction... Oh, je vous imagine les sourcils froncés, la bouche en cul de poule : « Mais qu’est-ce qu’elle nous raconte là ? De quoi parle-t-elle ? »… Et bien, vous comprendrez tout en lisant Le coureur de grèves », parole de Ptit Lu.

 

Note : 9/10

 

Si vous avez aimé, je vous recommande son 1er roman, Le dernier refuge des gens de mer paru aux éditons Jacques Flament, ainsi que les ouvrages d'Alain Emery (autre Breton à la plume experte), notamment L'épaule des cavaliers publié également chez Jacques Flament.

 

 

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 21:20

Je passe vous annoncer la sortie du petit dernier aux éditions Jacques Flament. 44 est une novella noire et tendre, douce et cruelle, d'environ 50 pages. Un format poche qui permet de l'avoir toujours sous la main ! Une couverture qui entretient le mystère, appelle le lecteur...

Et pour une fois une histoire qui s'adresse aussi bien aux adolescents qu'aux adultes.

 

En voici un court extrait pour vous donner envie...

 

Il n’était pas donné à tout le monde de se hisser jusqu’au village sitôt la première neige tombée.
Au sommet du col des Lapiaz, le bourg de Manestre gardait l’entrée d’un petit plateau alpin ceint par de fières roches calcaires et sédimentaires. De novembre à mars, l’étroite étendue se trouvait soit balayée par le flux d’une bise glaciale, soit enfouie sous une épaisse nappe de brouillard. Et même lorsque cette dernière s’extirpait de son nid, le paysage demeurait masqué par une couverture d’un blanc poudreux. À la belle saison, par contre, se dévoilaient grottes et autres aspérités, abris naturels qui faisaient le bonheur des maquisards, passeurs et fugitifs. (…)

 

 

http://www.jacquesflament-editions.com/126-44.html

http://www.jacquesflament-editions.com/126-44.html

Repost 0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 20:35

 

Résumé : New York, au printemps 2008, alors que l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.

Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Québert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d'avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d'écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Québert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Joël Dicker est né à Genève en 1985. La Vérité sur l'Affaire Harry Québert est son deuxième roman. Il y dépeint une Amérique qu'il connaît bien pour y avoir beaucoup voyagé et longuement séjourné.

 

CRITIQUE : voici un sacré pavé de 670 pages que j’ai dévoré tout cru ! Mélange de thriller, polar et réflexion sur l’écriture, parsemé de rebondissements bien vus qui vous embrouillent, le tout dans un style fluide, simple et le tour est joué ! Autre aspect sympathique : roman venu de Suisse mais dont le ton rappelle certains auteurs américains comme Grisham, l’atmosphère (bien que situé sur la côte Est) m’a fait penser à certains coins reculés du Sud des USA. Je vous conseille donc ce roman, prix Goncourt du lycéen en 2012 et best seller qui vous plongera dans l’Amérique contemporaine.

Ce livre est le meilleur lu cette année qui pourtant fut riche en belles rencontres littéraires. Pour mémoire et dans le désordre : Le liseur de Bernhard Schlink, Les dames du chemin de Maryline Martin, A quoi rêvent les loups de Yasmina Khadra, Ouragan sur le Cairn d’Alain Emery.

 

NOTE : 10/10

 

Repost 0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 19:29
LA CROISEE DES VOLONTES de Valérie BRUN et Bernard BOSSE

Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter mon premier roman, co-écrit avec la plume teintée d'humour de Bernard Bossé. Le résultat ? Une histoire d'apprentissage qui commence sous le signe de la légèreté et s'assombrit au fil des pages à cause d'une intrigue politique et familiale qui tisse sa toile et emportera certains personnages loin de leurs terres...

 

RÉSUMÉ : 1246, le roi de France Louis IX prépare la septième croisade. Le duc Jean Ier, diplomate habile et suzerain autoritaire, administre une Bretagne libérée des Anglais. Maël, fils naturel du baron Alaric de Blouarzel, se trouve confronté aux ambitions de son père. Enfermé contre son gré au monastère bénédictin de Lambaol, il va y effectuer son noviciat et découvrir de bien étranges personnages. Le jeune homme parviendra-t-il à assouvir ses rêves de liberté malgré les obstacles qui ne manquent pas d’obstruer son chemin ? La vie monastique au XIIIe siècle est ici revisitée grâce à la verve de Valérie Brun et Bernard Bossé.

 

Publié aux éditions Plumes de longue envolée : http://librairieplonev.canalblog.com

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de ptit lu
  • Le blog de ptit lu
  • : Vous trouverez des textes d’auteurs collectés lors d’appels, des billets sur mes lectures ou mes films, des infos sur des nouvellistes, poètes ou romanciers qui valent le détour, des interviews ... et mes aventures d’auteure en herbe. J’espère que vous aurez envie, en passant, de laisser un commentaire. N’hésitez plus, partez à la découverte…
  • Contact

Profil

  • ptitlu
  • j'aime lire,écrire,courir,cuisiner et surtout j'ai envie de partager mes rencontres littéraires,alors suivez-moi...
  • j'aime lire,écrire,courir,cuisiner et surtout j'ai envie de partager mes rencontres littéraires,alors suivez-moi...

DEDICACES

- 2 juin 2013 à La Pierre (38)

- 7 juillet 2013 à St Pancrasse (38)

- 18 août 2013 à Allevard (38)

- 13 octobre 2013 à La Buissières (38)

 

Recherche